Accueil > Jardin > Bac à compost en chataîgner

Bac à compost en chataîgner

dimanche 17 juin 2007, par André

Réaliser plusieurs bacs à compost, dans un coin du jardin.

Trois bacs

Les deux premiers permettent d’alterner la formation du compost sur un cycle de deux ans :

La première année (AA), du printemps à la fin de l’hiver suivant (AA+1), on utilisera le premier bac.

Puis, au printemps suivant (AA+1), on commence à alimenter le deuxième bac pour laisser au premier le temps de l’achèvement de la décomposition.

A l’automne AA+1 on utilise, au pied des plantations, le compost formé dans le premier bac, ce qui rend ce dernier à nouveau disponible au printemps AA+2 pour débuter un nouveau cycle.

Le troisième est destiné au stockage des déchets secs :

Plus petit, ce dernier bac est destiné au stockage des feuilles des arbres trop nombreuses sur une période très courte durant l’automne, pour être incorporées instantanément.

Les matériaux

Une petite vingtaine de piquets de châtaigners, longueur 1,20 m

Une soixantaine de tiges de châtaigners, jeunes (suffisamment pour pouvoir être « tressées », et de longueur 4m minimum (5 à 6 m, c’est mieux).

Nous sommes allés les cueillir dans une chataîgneraie, chez des parents, dans le sud de la Loire atlantique, près de chez nous

La réalisation

Planter les piquets de châtaigners, tous les 50 à 60 cm, en les enfonçant de 40 cm environ (cela laisse 80 cm de hauteur hors sol). Attention à ne pas les éclater, et donc, utiliser pour ce faire, une cale de bois qu’on interpose entre le piquet et la massette.

Tresser les tiges sur les piquets, en menant de front toutes les cloisons.


Les piquets fichés en terre auraient pu être brûlés à leur extrémité, afin de retarder encore leur pourrissement (le chataîgner possède naturellement beaucoup de tannins qui le protègent de l’attaque des champignons).