Accueil > Ecoconstruction > Aménagement intérieur > Isolation d’un plancher d’étage

Isolation d’un plancher d’étage

avec de la vermiculite et de la laine de bois

lundi 22 octobre 2012, par Julien

Les solives du plancher conservées, l’idée était d’obtenir une isolation phonique acceptable en pas trop de temps...

La première étape a consisté à visser du placoplâtre par dessous, pour réaliser le plafond du rez de chaussée. Le placoplâtre est moins écologique et moins intéressant thermiquement que le Fermacell, mais aussi plus léger, moins cassant et moins cher. L’utilisation de Fermacell aurait vraisemblablement nécessité l’emploi d’un lève-plaque.

Ensuite, 15 centimètres de vermiculite ont été déversés entre les solives. Au moment de cuber le volume nécessaire d’isolant, pensez bien à ôter la surface des solives, qui ici représentait quand même 20 m2... La vermiculite, c’est de l’argile expansée à haute température, ce qui fait que l’énergie grise nécessaire à sa fabrication n’est vraiment pas négligeable. Par contre c’est complètement inerte et pas trop cher, et cela atténue les bruits aériens (cris, enfants qui jouent, parents qui rigolent....ou l’inverse) entre le rez de chaussée et l’étage. Le matériau à coûté 600 Euros (environ 60 sacs à 12 euros). C’est très rapide à poser et ça ne pèse pas lourd, ce qui était important vu le dimensionnement du solivage.

Ensuite ont été posées les bandes de laine de bois sur les solives, destinées à amortir les bruits d’impact de l’étage (pas sur le plancher...).

Le parquet en pin français vient d’une scierie locale. Il a été passé à l’huile de lin pour le protéger et a coûté 20 euros du m2 hors pose bien sûr.


Peut-être que l’emploi de chenevotte aurait-été plus intéressant au point de vue énergie grise, encore faut-il en trouver stabilisée par rapport aux moisissures (traitée à la silice..?)