Accueil > Toilettes sèches > Généralités sur les toilettes sèches

Généralités sur les toilettes sèches

mardi 6 septembre 2005

80 à 100% de la pollution organique des rivières est d’origine domestique (ce qui n’est pas le cas des nappes phréatiques, polluées essentiellement par l’agriculture intensive non biologique).

80 à 100% de la pollution organique des rivières est d’origine domestique (ce qui n’est pas le cas des nappes phréatiques, polluées essentiellement par l’agriculture intensive non biologique).
Cette matière organique provient essentiellement de nos WC, et est transformée par des stations d’épuration en nitrates et en phosphates. Ce sont ces éléments qui sont responsables de l’eutrophisation des rivières.
De plus, toute matière organique détruite et non réintroduite dans le cycle de formation de l’humus des sols est une perte grave pour la biosphère .
Pour respecter la nature, il est donc préférable d’échanger les WC par des toilettes sèches. Même dans les cas où un système d’assainissement type tout à l’égout ou fosse toutes eaux est obligatoire, on n’est pas obligés de s’en servir !

Le principe en est très simple : la chasse d’eau est remplacée par des matières riches en cellulose. Les matières recueillies sont ensuite mises en compostage.

Les différents systèmes

Les toilettes à litière bio maîtrisée ou à compostage en extérieur

C’est une simple caisse qui peut-être placée n’importe où et dont l’aspect esthétique est un problème de menuiserie. Elle contient un seau et est percée d’une ouverture sur la planche supérieure sur laquelle on fixe un battant de WC classique.
Le principe est de réunir les conditions optimales pour le recyclage intégral de la matière fécale et de l’urine afin d’en faire de l’humus. Cela revient à réajuster le rapport carbone/azote autour de 60 en rajoutant une matière riche en carbone végétal : sciure, copeaux, feuilles mortes, paille, cartons déchiquetés....

Pour démarrer, il faut disposer une couche de 7 à 10 cm de matière végétale. Ensuite il faut verser deux louches de copeaux de bois ou de sciure après chaque passage. L’introduction de papier-toilette ne pose pas de problème car il est composé de cellulose qui est une matière compostable. Lorsque le seau (2 à 50 litres) est plein, il convient d’aller le vider sur le tas de compost du jardin (une à plusieurs fois par semaine selon le nombre d’usagers et le volume du contenant). Il n’y a, à l’usage, aucune odeur désagréable, dès que l’on rajoute la matière carbonée aux déjections.

Les toilettes à compostage interne

Les excréments sont compostés en partie à l’intérieur des toilettes. Un ventilateur chasse permanence l’air vicié et maintient l’arrivée d’air pur.
La vidange est moins fréquente et dépend du taux d’utilisation. Par exemple, pour 5 personnes, la vidange se fait tous les 2 ou 3 mois.

La ventilation est assurée par le tuyau d’un diamètre de 10 cm (1), qui aboutit à l’air libre. L’air peut pénétrer par l’ouverture grillagée (8) ou par la cuvette (4) lorsque le couvercle (3) est levé. Les matières tombent sur la tablette (5) et sont évacuées dans le compartiment arrière par le racleur (6) qui est actionné par la poignée (2). Au départ une feuille de papier est posée sur la grille (7). Sur cette feuille est répartie une couche de tourbe et de terreau. Les matières solides s’accumulent au dessus de la grille (3) et sont réparties par le levier de répartition (9) lorsque le tas atteint ce niveau. On met une mesure (5) (contenu d’une petite pelle) sur la tablette (5) avant de s’asseoir et une mesure sur les défécations après s’être relevé. Cette manière de faire permet d’éviter l’encrassement de la tablette et permet la constitution d’un tas poreux et perméable.
Le liquide percole à travers le tas et tombe sous la grille. Ce qui n’est pas évaporé sort par le trop-plein (10). Pour retirer du compost, on enlève l’ouverture grillagée (8) et on racle le tas par-dessous avec une barre (non représentée).

JPEG - 20.8 ko
Schéma compostage interne

Extrait du numéro 99 du magasine Les Quatre Saisons du Jardinage.

Le compostage interne permet une vidange moins fréquente, mais le compostage en extérieur fonctionne beaucoup mieux, car l’oxygène contenu dans la cuve est en quantité insuffisante pour assurer les conditions nécessaires pour un bon compostage : la ventilation est importante, mais refroidit l’installation....

les toilettes sèches électriques

Les matières solides et liquides sont séparées. Les excréments sont déshydratés sous l’action d’un ventilateur puis sont compostés. L’urine est récupérée comme fertilisant ou envoyée dans le réseau d’assainissement.

Fabrication du compost

Lorsqu’on vide le seau sur le compost, l’étaler un peu et le recouvrir d’une couche de matières sèches carbonées (paille, feuilles, mauvaises herbes, tontes sèches...)

Quand le bac est plein ou que le tas fait environ un mètre, on peut le retourner pour l’aider à mûrir : sortir le tas à la fourche pour l’oxygéner et le disposer en andins (forme d’une pyramide) dans un autre bac. Y mélanger en alternance des couches d’orties et/ou de la paille mouillée et aussi un peu de fumier de ruminant pour l’activer. Arroser entre chaque couche et recouvrir le tout d’environ 20cm de paille. Il faut laisser le fond du premier bac pour qu’il puisse servir de ferment de base au prochain tas de compost.

En règle générale, on n’utilise pas un compost ayant subi une maturation d’une durée inférieure à un an et demi, surtout pour le potager.

Ce qu’il ne faut pas ajouter au compost :
- de l’argile car elle empêche la formation d’humus
- de la tourbe car c’est une ressource non renouvelable
- les cendres et la chaux, qui sont des substances à ph fortement basique. Cela stoppe l’action des micro-organismes qui transforment la matière organique en humus.

Il ne faut pas non plus séparer l’urine et la matière fécale car l’azote des urines est indispensable pour ajuster le rapport carbone/azote. Il ne faut pas non plus faire évaporer l’eau contenue dans les selles car elle assure le bon démarrage du processus de transformation en humus.. Enfin l’utilisation de bois traité ou exotique est à proscrire car le compost obtenu est toxique pour les plantes.

Les différentes utilisations du compost

- Rempotage des plantes vertes
- semis, potager, plantations...
- Dons aux amis et voisins ayant un jardin
- Dons à la municipalité pour l’entretien des massifs fleuris et arborés de votre quartier.
- Doper votre pelouse ou mettre au pied des arbres...


Contacts

Association TOILETTES du MONDE
Mlle Pauline SAVARY
15, avenue Paul Laurens - F-26110 NYONS
Fax : 33 (0)4 75 26 19 02 - Email : toilettesdumonde@wanadoo.fr
> Infos

Association "les copeaux d’abord"
Zicos production
Place Christian Pineau
72150 Le Grand-Lucé
02 43 40 93 16
zicos-production@wanadoo.fr
> Toilettes sèches pour festivals, avec animation

Festival Enrageons nous
CLAJ
21 Av de Provence
29000 Brest
02 98 03 03 29
claj@infini.fr
> ont mis en place des toilettes sèches sur leur festival, proposent une caravane de 4 toilettes pour festival

Les fournisseurs :

SCS. BOUTON chez Bouffard 16 250 BESSAC
Tèl : 06 60 22 77 37

Ateliers Olivier 4 sentier des garennes B 7321 BLATON ( Belgique )

Eco-Sud BP 521 65 005 TARBES Cedex

Bibliographie :

Gestion de l’eau et des matières organiques dans l’habitat, office central fédéral des imprimés et du matériel, CH- 3000 Berne

Béatrice Trelaun, Geyser, Water sans eau, alternative au tout-à-l’égoût, éd. Alternatives, 1983, disponible chez l’auteur, 04870 St Michel-L’Observatoire

P. Lehmann, La pollution des eaux, notre responsabilité à tous, 35è journée internationales du Cebedeau, Liège, 24-26 mai 1982, èd. Cebedoc, 2 rue Armand Stévard, B 4000 Liège

Pluvalor et traiselect
Pr J Orsargh

La maison autonome
P Baronnet